Le pompage des hydrocarbures au tuyau
Solution adaptée pour résoudre une pollution?

En France, en cas d’accident de pollution par hydrocarbures (ou autre produit flottant), la technique la plus usuelle consiste à pomper et évacuer les eaux sinistrées. Parallèlement, d’autres techniques existent. Mais alors, la technique de pompage des hydrocarbures est-elle la plus judicieuse?

Bien ou pas bien, le pompage des hydrocarbures ?


Lorsqu’une pollution par hydrocarbures ou autre produit flottant se produit, suite d’une fuite de cuve à fioul par exemple, le premier réflexe est de recourir au pompage des eaux hydrocarburées. Il faudra ensuite évacuer cette masse de déchet vers un centre de traitement. Les camions hydrocureurs sont en effet généralement les seuls capables d’intervenir en urgence sur le sinistre. Cela offre ainsi une solution rapide, à condition qu’il existe une voie d’accès carrossable jusqu’à la zone polluée.


Pourtant, le bilan économique et écologique d’un pompage des hydrocarbures directement au tuyau peut parfois s’avérer très coûteux. 

Alors, bien ou pas bien le pompage des hydrocarbures ?

Eh bien, ça dépend des circonstances… Faisons le point.

Le pompage des hydrocarbures au tuyau sur les eaux libres

La problématique de l’évacuation des déchets

Ce qui est onéreux, ce sont les allers-retours sur de longues distances pour évacuer les eaux vers un centre agréé.

Comme la densité du polluant est inférieure à celle de l’eau, c’est l’eau qui sera pompée en priorité. L’opération peut alors aboutir au captage de plus de 99 % d’eau pour moins de 1% de polluant. Lorsque ce sont 2 ou 3000L de polluant qui se sont répandus dans la nature, il faudra pomper une très grande quantité d’eau polluée. Et c’est ce volume, hors de proportion avec le volume de polluant perdu, qu’il faudra évacuer par transport routier.

La problématique de l’accès à la zone polluée

Rivière polluée, quelles solutions ?

Par ailleurs, lorsque la pollution n’est pas circonscrite, l’aspiration exercée par l’hydrocureur est insuffisante pour attirer la pollution au-delà de quelques mètres. Sur de larges cours d’eau, de grandes étendues ou zones difficilement accessibles, cela peut s’avérer problématique.

C’est pourquoi lorsque la zone contaminée est importante, nous proposons un traitement sur site. Ce traitement est opéré grâce à nos unités d’intervention d’urgence, spécifiquement conçues.

Nos unités mobiles sont transportables par véhicule tout terrain. Il est possible de les positionner en lieu plus ou moins escarpé. Dotées d’une capacité d’écrémage multipoints, leur portée peut atteindre une surface d’environ 1 hectare (sur des eaux calmes). Nous pouvons ainsi intervenir sur des zones inaccessibles par camion hydrocureur.


Pour une illustration, découvrez le récit de l’un de nos chantiers de dépollution : 10j pour venir à bout d’un accident industriel majeur.

10j pour venir à bout d’un accident industriel majeur

La problématique de la commande manuelle

Le pompage des hydrocarbures au tuyau nécessite l’action de l’homme durant toute la durée de l’opération. L’opérateur tient manuellement le tuyau d’aspiration, avec les contraintes que cela implique. Le tuyau sera tantôt trop haut, tantôt trop bas, avec une interruption des opérations en fin de journée…

A l’inverse, les unités de traitement que nous avons conçues ont aussi l’avantage de fonctionner en automatique 24h/24, tout en mobilisant le fil d’eau de manière constante et identique à tout moment.

L’automatisation de nos unités permet de poursuivre l’opération de dépollution même de nuit, jusqu’à ce que la pollution organique résiduelle soit capable de se biodégrader dans des délais très courts.

Les nouvelles technologies utilisées par AMA DEPOL nous permettent ainsi d’optimiser le coût et la qualité de nos opérations de dépollution, et donc de minimiser le risque d’aggravation de la pollution et de ses conséquences.


Pour une illustration, revivez l’un de nos chantiers : Pollution à l’huile de vidange, le piège de la cuve abandonnée.

Pollution à l’huile de vidange – le piège de la cuve abandonnée

A l’inverse, lorsque la pollution est bien confinée, la mobilisation d’une installation de traitement sur site ne serait pas judicieuse. Il est préférable de solliciter un simple pompage au tuyau des hydrocarbures. Dans ce cas, nous pouvons parfois user d’astuces pour réduire le coût de traitement en centre agréé. Par exemple, par l’usage de tourbe blonde hydrophobe, de techniques de confinement de la pollution, etc….


De la même manière, lorsque le déversement est de faible envergure, l’utilisation d’absorbants (éventuellement associée à un pompage au tuyau selon les circonstances) pourra être suffisante pour endiguer la pollution.


Les interventions sur les eaux souterraines polluées par hydrocarbures


En pratique, les camions de pompage interviennent dans deux cas de figure : pour un curage de canalisation ou réseau enterré, ou pour un nettoyage de puits.

Le curage des canalisations contaminées

Lorsque des hydrocarbures se déversent sur un sol (fuite de cuve à fioul, accident routier…), la contamination sera dans un premier temps verticale. Le polluant va en effet s’infiltrer à travers le sol. La pollution empruntant le chemin le plus facile, la présence de réseaux enterrés va bien souvent attirer les hydrocarbures.

Dans ce cas, il est fait appel à un camion hydrocureur pour nettoyer la canalisation ou le réseau sinistré. Le technicien réalise d’abord un curage haute pression, puis pompe les eaux hydrocarburées.

Bien entendu, le simple pompage des eaux polluées par hydrocarbures n’est opportun que si la source de la contamination est tarie.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre page dédiée au curage des réseaux.

Curage réseau pollué par  hydrocarbures

Puits pollués par hydrocarbures

En pratique, les camions hydrocureurs peuvent être sollicités lorsqu’un puits est pollué. Leur technique de pompage des hydrocarbures présente cependant un risque de dénoyage, dénoncé par le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières). Le dénoyage d’un puits a pour conséquence l’aggravation de la pollution des sols au point de battement de la nappe.


Pour éviter ce « dénoyage », il conviendrait de pomper (« suçoter ») la surface de l’eau du puits une minute toutes les heures durant … 7j, 1 mois ou plus selon les cas, jusqu’à ce que la pollution soit tarie. Ce procédé est donc à la fois contraignant, onéreux (mobilisation irrationnelle d’un hydrocureur), et présente un risque de migration et d’aggravation de la pollution pendant ce laps de temps. 

Pour la dépollution d’un puits, nous préconisons la mise en place d’un traitement sur site. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre page Dépollution de puits, ou le récit de l’un de nos chantiers de dépollution : Dépollution de puits pollué au fioul, pour de vrai.

Dépollution de puits pollué au fioul, pour de vrai

Vous vous interrogez sur l’opportunité d’un pompage des hydrocarbures ?

Vous subissez une pollution par hydrocarbures ou autre produit flottant, et souhaitez savoir si le pompage au tuyau de la zone sinistrée est la solution la plus judicieuse. N’hésitez pas à nous contacter, une ligne d’assistance d’urgence est à votre disposition pour vous recommander les mesures d’urgence, les solutions envisageables et les démarches utiles (gratuit).

Retour en haut